Nous soutenir

Pas de littérature sans société

« Marchez comme des enfants de lumière »
(Épître aux Éphésiens, V, 8)

Parents, maîtres et éducateurs, nous avons pour mission de mener les âmes des enfants vers la Lumière qui sera le chemin de leur vie et leur bonheur. Chaque semaine, nous vous proposons de découvrir quelques paroles de guides et de témoins pour éclairer notre propre route. Bonne lecture !

« La littérature est le lieu de rencontre de deux âmes. »

Charles DU BOS (1882-1939)
Ecrivain français et critique littéraire

« Il faudrait redire, après bien d’autres, le génie de notre langue et les beautés de notre littérature. On doit sans doute nous reconnaître une aptitude particulière à démontrer. Car l’ordre de la phrase française est l’ordre direct. Cela veut dire que nous nommons d’abord le sujet du discours, ensuite le verbe qui est le sujet de l’action et enfin l’objet de cette action. Rivarol disait de notre syntaxe qu’elle est incorruptible. Heureux Rivarol ! Il ne connaissait pas les manuels de français de nos enfants ! Nous aimons donc à démontrer parce que nous en sommes capables, et c’est pourquoi notre littérature et notre art sont infiniment sociales. Plaire au public sans pour autant s’abaisser devant lui, tel fut pendant des siècles le souci premier de nos écrivains. « Il n’y a pas de littérature sans société. » Cela seul un critique français pouvait l’écrire. C’était Henri Massis en 1924. Il exprimait là une profonde vérité… Chez nous sans doute plus qu’ailleurs la vie de l’esprit et la société se tiennent. »

Jean de VIGUERIE (1935-2019)
Historien


Dans la même catégorie « Enseignement », lisez aussi :
error: Content is protected !!